Que visiter à Madagascar ?

Madagascar : que voir ?

Que vous partiez pour une semaine ou deux semaines, voici une liste des lieux incontournables lors de votre séjour à Madagascar. N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir.

Allée des baobabs

L’allée des baobabs, c’est une route de terre entre Morondava et Belon’i Tsiribihina, dans la région de Menabe, à l’ouest de Madagascar. Cette route serpente au milieu de baobabs immenses et majestueux. En plein soleil, à l’aube ou au crépuscule, ce site ne manque jamais d’impressionner, surtout lorsqu’il est traversé par un troupeau de zébus. Baptisés « racines du ciel » par les Malgaches, les arbres resplendissent sous des cieux bleus, roses ou orangés, selon le moment de la journée.

allée des baobabs jour allée des baobabs coucher soleil allée des baobabs allée des baobabsallée-des-baobabs  Voir la carte intégrale de Madagascar.

Ambositra

Situé à 90 km d’Antsirabe et à 1 350 m d’altitude, ce petit village pittoresque jouit de bien des attraits. Les maisons en briques rouges, les tenues chatoyantes et les pousse-pousse colorés confèrent un charme typique et mettent une touche de joyeuse gaieté. Vous y rencontrerez des villageois confrontés, certes, à la pauvreté, mais souriants et accueillants. Ambositra offre une vue sur un paysage spectaculaire de collines et de rizières en terrasse. À proximité, vous pourrez visiter les villages Zafimaniry, réputés pour leur style architectural, leur culture et leur artisanat.

Côte de la Vanille

On y trouve quatre grandes villes. Sambava, Antalaha, Vohémar et Andapa. Comme son nom l’indique, c’est la région de Madagascar d’où vient cette délicate vanille si fameuse, convoitée et appréciée. Vous pourrez donc y voir comment on la cultive, la récolte et la prépare. Mais la vanille est loin d’être le seul atout de cet endroit bordé de plages de sable blanc, d’une eau turquoise et de palmiers indolents qui semblent se pencher pour nous saluer. Les habitations des villages côtiers, de petites cabanes en bois posées près de la plage et qui ne servent sans doute qu’à dormir, offrent un charme indéniable à cette côte ensoleillée un brin paradisiaque.

Diégo-Suarez (Antsiranana)

Diégo-Suarez est une ville portuaire qui se trouve à la pointe nord de l’île de Madagascar. Le port constitue une visite d’autant plus intéressante qu’on peut également voir, juste à côté des imposants bateaux amarrés, des épaves abandonnées, rouillées et à moitié immergées. Cette dualité est à l’image de la ville, où se côtoient les grandes maisons à l’architecture coloniale, le marché parfumé et coloré, les pousse-pousse, les habitations modestes et les morues séchant au soleil par dizaines. La baie est peuplée de palmiers et de baobabs et la mer est d’un turquoise à faire pâlir le bleu du ciel.

Île aux Nattes

Cette île sans voiture ni électricité est située au sud d’Ambodifotatra. Ses plages paradisiaques sont bordées par une végétation luxuriante et les pirogues qui servent au transport des habitants flottent ou attendent patiemment sur la plage d’être mises à l’eau. Cocotiers, sable blanc et eau limpide promettent des baignades et des pauses de farniente dignes de ce nom. Les couchers de soleil sur un océan à perte de vue y sont à couper le souffle. Aux abords des villages, les lémuriens s’invitent. Dans les arbres ou sur les palissades, il est aisé de les photographier. Le phare Blévec, qui est situé à la pointe sud de l’île, offre un point de vue magnifique, autant de l’île que de l’horizon.

Île de Nosy Be

Cette île regorge de trésors pour les voyageurs. Les amateurs d’un vrai repos apprécieront la beauté des plages et la couleur de l’eau. Les promeneurs se régaleront au gré des marchés gorgés de fruits, de couleurs et de senteurs. L’architecture est variée, les bâtiments sont colorés, de type colonial ou modeste. La végétation de l’île est luxuriante, colorée et parfois surprenante. Quant aux animaux (lémuriens, zébus, tortues et lézards), ils se prêtent au jeu des photos. Pour les amoureux de la mer, les promenades en bateau sont l’opportunité d’apercevoir des dauphins, des baleines ou, pourquoi pas, de s’offrir une partie de pêche en pleine mer.

Île de Nosy Komba

Cette île est le paradis des promeneurs et un havre de calme et de tranquillité où aucune voiture n’est autorisée. Dans les ruelles, les brodeuses malgaches exposent leur savoir-faire avec des nappes aux couleurs chatoyantes et aux motifs colorés. L’artisanat malgache ne s’arrête pas à la broderie et les boutiques proposent statuettes, bijoux et autres produits artisanaux, sous l’œil étonné des lémuriens curieux, des lézards colorés et autres reptiles qui peuplent l’île. Le sable des plages n’est pas aussi blanc que celui de Nosy Be, mais l’île tout entière ne manque pas de charme et évoque une autre vision du paradis.

L’île Sainte-Marie (Nosy Boraha)

Autre paradis, peut-être plus évident encore, l’île Sainte-Marie, qui voit, pendant l’hiver austral, les baleines à bosse trouver refuge au large de ses côtes pour mettre bas. En louant un bateau, il est possible d’admirer ce spectacle incroyable de plus près. Si on préfère la plage pour lézarder à proximité des lémuriens et des caméléons, elles sont également magnifiques, dignes de figurer sur une carte postale. Cerise sur le gâteau de ce paradis, la population de l’île, réputée pour sa gentillesse et sa bienveillance.

Parc national Andasibe-Mantadia

Ce parc, une réserve naturelle pour les indri-indri, une espèce de lémuriens, est une zone protégée. Elle est principalement constituée de forêts primaires, c’est à dire de forêt vierge ou la nature est restée maîtresse. On peut, bien évidemment, y observer les lémuriens, mais également des caméléons, des grenouilles et des amphibiens en général. La végétation est dense et surprenante, avec une grande variété d’orchidées. Le village d’Andasibe est un ancien centre industriel du bois et évoque quelque peu une ville délabrée du Far West américain.

Parc national de l’Isalo

Le parc national de l’Isalo est un immense massif de grès érodé qui offre à la vue des beautés incroyables. On reste ébahi devant les canyons vertigineux et la majesté des rochers. Les grottes recèlent des trésors insoupçonnés qui raviront les esprits aventuriers. Les piscines naturelles aux eaux limpides bercées par une cascade donnent envie au promeneur, une fois la stupeur passée, de s’y prélasser un moment pour profiter de la splendeur du lieu. Ce parc national est également un refuge pour une foule d’animaux et il est fréquent d’y croiser des lémuriens curieux au regard étonné.

Parc national des Tsingy de Bemaraha

Cet endroit unique et incroyable est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ses formations rocheuses, appelées formations karstiques, forment des pics ascendants. Ces « stalagmites de pierre » sont célèbres dans le monde entier. Ils s’étendent sur de vastes étendues, offrant un paysage surprenant. Ce décor n’est pas uniquement rocheux. La végétation y est très présente et des fleurs exotiques et colorées s’y sont fait une place inattendue. Les lémuriens y vivent nombreux et prennent une pose surprise pour les visiteurs. Au cœur du parc, le pont suspendu se joue du vertige et semble défier les promeneurs.

Tananarive (Antananarivo)

Cette ville, à l’architecture aussi métissée que sa population, arbore fièrement son nom en lettres capitales blanches posées à flanc de colline. Les demeures au style colonial côtoient les maisons délabrées en bois. Tout est coloré, des fruits et épices des étals du marché aux façades des maisons, en passant par les tissus et les véhicules. L’artisanat local se pratique dans la rue, où les sculpteurs exercent leur art modestement, assis sur un banc. Dans cette ville touristique où règne la pauvreté, la population se débrouille de trois fois rien, comme pour la fabrication de jouets et reproductions de voitures miniatures faites avec du matériel de « récup ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *